VDI

Connaissez-vous le statut VDI ?

Depuis plus de 20 ans, de nombreuses sociétés françaises offrent à leurs Distributeurs de travailler sous ce statut. 

Pour officialiser vos activités dans le Marketing de réseau ou la Vente directe, vous pouvez opter pour le statut de VDI, le Vendeur à Domicile Indépendant.

 

VDI – Définition de Pôle Emploi

[…] Le rôle du VDI est de proposer aux consommateurs des offres de produits et de services commercialisés par une enseigne. La visite et la vente de produits ont lieu au domicile du client, sur son lieu de travail ou dans tout lieu non commercial. […]

Autrement dit, vous ne pouvez pas tenir un stand dans un salon professionnel, ni vous  « arranger » par exemple avec un commerçant et faire l’article de vos produits dans son magasin.

 

Qui peut prétendre à devenir VDI ?

Ce statut est accessible à tous, sans condition d’âge, de diplôme, d’expérience professionnelle, ou de lieu de résidence.

 

VDI – Protection sociale

  • Vous êtes rattaché(e) au régime général de la Sécurité sociale.
  • Vous bénéficiez des mêmes droits sociaux que les salariés.

 

VDI – Concrètement

  • Vous êtes un travailleur indépendant.
  • Vous développez votre  activité à temps partiel ou à temps plein.
  • Vous travaillez en parfaite autonomie, libre d’organiser vos horaires comme bon vous semble.
  • Vos objectifs commerciaux sont ceux que vous vous fixez.
  • Vous restez maître de votre système de prospection.
  • Votre rémunération est bien entendue directement liée à votre activité et vos résultats personnels.

 

VDI – Avantages pour les Chômeurs indemnisés

  • Vous continuez à percevoir vos allocations chômage.
  • Vous cumulez Allocations chômage + commissions sur vos ventes.
  • Les personnes de 50 ans et plus, bénéficient de conditions particulières ; il convient à chacun de s’adresser à un Conseiller Pôle Emploi pour avoir toutes les précisions le concernant.

 

VDI – Points de vigilance pour les Chômeurs

  • Vos commissions mensuelles ne doivent pas dépasser 70 % du salaire sur lequel votre allocation a été calculée.
  • Ce cumul  est limité à  15 mois.

 

VDI – Fiscalité

Le VDI relève du régime propre aux indépendants : régime des bénéfices non commerciaux (BNC) s’il est VDI mandataire ou des bénéfices industriels et commerciaux (BIC) s’il est VDI acheteur-revendeur.

 

VDI – Infos légales

Le champ d’activité du VDI est défini par les articles L.135-1 à L.135-3 du Code de commerce depuis 2008.

Le champ d’activité du VDI correspond au champ d’application des articles L.121-21 et L.121-22 du Code de la consommation relatifs à la vente à domicile.

Bonus à télécharger :

FICHE PRATIQUE : VDI

Source de l’info : lejournaldunet.com

 

Mon avis sur la question…

Si vous choisissez d’encadrer votre activité de vente de produits, de services, et éventuellement d’activités connexes – de conseil, par exemple – en tant que Vendeur à Domicile Indépendant, vous aurez à tout moment, la possibilité de transformer ce statut en une entreprise commerciale, de créer une entreprise en nom personnel ou sous forme de société (dans la limite de 15 mois pour les chômeurs indemnisés).

De plus, les avantages pour les Chômeurs indemnisés ne sont pas indéniables ; ils peuvent lancer une activité tout en gardant le parachute social de Pôle Emploi au cas où leur business n’évoluerait pas dans le sens souhaité.

 

403 000 personnes utilisent déjà le statut de VDI, pourquoi pas vous ?

Consulter également LE COIN DES ENTREPRENEURS, un site sérieusement documenté pour tous les travailleurs indépendants.

Statut d’entreprise… Choisir…

Si vous travaillez dans le Marketing de réseau ou la Vente directe, voici les trois principaux statuts juridiques d’entreprises qui pourraient vous intéresser pour déclarer votre activité :

 Quel statut choisir ?

Vous êtes par ailleurs nombreux à me questionner sur les autres statuts d’entreprises. Aussi, pour nourrir votre curiosité, voici pour vous, un synoptique par critère, résumant les entreprises suivantes :

  • EIRL : entrepreneur individuel à responsabilité limitée
  • EURL : entreprise unipersonnelle à responsabilité limitée 
  • SARL : société à responsabilité limitée
  • SA : société anonyme
  • SAS : société par actions simplifiée
  • SASU : société par actions simplifiée unipersonnelle
  • SNC : société en nom collectif

 

Document à télécharger – cliquer sur le lien ci-dessous :

COMPARAISON RAPIDE DES TYPES ENTREPRISES

 Source de l’information : l’APCE, l’Association Pour les Créateurs d’entreprise

 

Bonne lecture !