Pour passer le permis B vous déboursez en moyenne 1 600 €

Cette dépense est bien souvent trop élevée pour les demandeurs d’emploi ou les jeunes salariés, mais hélas, sans permis, à moins d’habiter dans une grande ville bien desservie par les transports en commun, le manque de mobilité reste un frein important à l’embauche.

Des aides et des solutions existent pour passer le permis à petit prix.

Voici quelques aides financières qui pourraient vous intéresser pour passer le permis sans vous ruiner.

 

Utiliser votre CPF (compte personnel de formation)

Les salarié.e.s et demandeurs.euses d’emploi pourront passer le permis B au cours d’une formation professionnelle.

Bientôt, vous pourrez utiliser votre compte personnel de formation (CPF) pour financer votre permis de conduire B. Cette nouvelle aide financière complète les différentes solutions déjà existantes.

Les demandeurs.euses d’emploi pourront passer leur permis B au cours d’une formation professionnelle. L’article 66 de la loi Egalité et citoyenneté, entrée en vigueur le 27 janvier 2017, a inscrit le permis de conduire (code et conduite) aux actions éligibles au CPF.

Concrètement, vous pourrez utiliser les heures de formation créditées dans votre CPF pour préparer l’épreuve théorique du code de la route et l’épreuve pratique.

La formation peut être suivie durant le temps de travail si l’employeur est d’accord ou en-dehors du temps de travail après avoir fait valider la demande de formation par un conseiller en évolution professionnelle.

En utilisant votre CPF, le coût du code et des leçons de conduite seront pris en charge par les OPCA (Organisme paritaires collecteurs agréés, chargés de collecter la contribution à la formation reversée par l’entreprise), à condition que le CPF puisse compléter un CIF (Congé individuel de formation).

L’entreprise pourra également prendre en charge les frais du permis, si elle cotise au moins 0,2 % de la masse salariale pour les CPF de ses salariés.

Cette mesure sera effective courant 2017 après publication du décret d’application.

 

Les jeunes de 15 à 25 ans peuvent aussi avoir des aides financières

Le permis à un euro

Mise en place par l’Etat cette mesure permet aux jeunes d’avoir une facilité de paiement. Le coût du permis ne change pas mais il peut être financé par un prêt à taux zéro d’un montant pouvant aller jusqu’à 1 200 €, remboursable par des mensualités d’environ 30 €. Il est préférable de poser la question à l’auto-école avant de vous y inscrire.

Les Conseils départementaux ou régionaux, ainsi que votre commune, peuvent proposer des bourses pour financer le permis des moins de 25 ans.

Chaque situation étant particulière, renseignez-vous avant toute inscription dans une auto-école.

 

Pôle Emploi vous aide aussi à passer le permis

Si vous être demandeur.euse d’emploi et que l’absence de permis est un frein à une potentielle embauche, vous pouvez demander une prise en charge totale ou partielle des frais par votre agence locale Pôle emploi, dans la limite de 1 200 € et sous certaines conditions :

  • Avoir 18 ans.
  • Etre demandeur.euse d’emploi depuis au moins 6 mois de manière continue (dérogations possibles en cas de promesse d’embauche en CDI, CDD ou contrat d’intérim d’au moins 3 mois).
  • Etre bénéficiaire de minima sociaux (RSA, allocation aux adultes handicapés,…).
  • Etre bénéficiaire de l’aide au retour à l’emploi (ARE) ou de l’allocation de sécurisation professionnelle (ASP) minimale, c’est-à-dire d’un montant inférieur ou égal à 28,67 €.

Le cas des Travailleurs.euses handicapé.e.s

La communauté des personnes handicapées et des défenseurs de vos droits, consacrent beaucoup de temps et d’énergie pour prouver la valeur ajoutée que produit l’arrivée d’une personne handicapées dans l’entreprise.

Ceci est un thème extrêmement sensible et il y a un certain nombre de défis liés à la main d’œuvre handicapée.

Savez-vous que le taux de chômage des travailleurs handicapés est deux fois plus élevé que celle des travailleurs non handicapés ? Il est encore hélas constaté que les travailleurs handicapés sont rémunérés en-dessous du marché, aussi, il reste encore beaucoup à faire pour que la cause de travailleurs handicapés soit mieux comprise.

Si vous êtes concerné.e, sachez qu’une aide financière est possible par l’AGEFIPH (Association de gestion du fonds pour l’insertion des personnes handicapées) pour passer le permis, à condition que passer le permis soit nécessaire pour obtenir un emploi ou pour vous maintenir dans la vie active. L’aide se monte à 1 000 €.

 

En conclusion

Comme vous pouvez le voir, l’Etat fait des efforts pour aider les demandeurs.euses d’emploi à reprendre ou à se lancer dans une vie active, et passer le permis fait partie aujourd’hui des fondamentaux que tout travailleur se doit de combler au plus tôt pour espérer retrouver du travail.

Bien sûr, tout le monde ne peut pas forcément y accéder, parce que chaque situation demande à être étudiée en détails, mais il reste intéressant de vous pencher sur le sujet si vous êtes concerné.e par le fait de devoir passer le permis.

Cet article fait référence à l’article paru dans le dossier familial du 06/02/2017 à 12h45 –http://www.dossierfamilial.com/consommation/vehicules/permis-de-conduire-les-aides-pour-le-passer-sans-se-ruiner-84617

Recherche d'emploi... Création d'entreprise... Trouver le bon métier... Comment mettre toutes les chances de votre côté pour atteindre votre objectif ? Pour être efficace, vous devez disposer des bons outils.

suivez la flèche

Je recherche un emploi

 

C’était l’article : « Passer le permis de conduire sans se ruiner, c’est possible ! »

Gina mlmemploi.com

Gina Zeppieri - Consultante RH

Je vous souhaite beaucoup de réussite dans toutes vos entreprises.

Vous avez aimé l’article : « Passer le permis de conduire sans se ruiner, c’est possible ! »

Lien vers CGU