Lorsque qu’une entreprise se développe, elle doit embaucher, or, il s’agit d’une étape souvent difficile à mener pour beaucoup d’entrepreneurs qui n’ont pas été formés au recrutement ou qui n’ont pas le personnel adéquat.

Le recrutement ça coûte cher et ça fait peur !

Lors d’un entretien d’embauche, le recruteur a peur : Peur de se tromper de candidat.     

Appréhension bien légitime au vu des enjeux économiques et humains, car si le salarié recherche un travail pour vivre, l’entreprise elle, calcule de rapport investissement / rentabilité de son nouveau salarié.

Autrement dit, quel est le rapport coût / bénéfice d’un salarié ? 

 

Savez-vous combien coûte en moyenne une erreur de casting à une entreprise, quand elle est obligée 6 mois après l’embauche, de se séparer d’un salarié qui n’a pas fait ses preuves ? 

recruter

Il n’est jamais facile d’évaluer ce coût, mais vous pouvez essayer… 

Pensez au salaire brut du salarié pendant 6 mois et ajoutez-y les charges sociales et patronales qui sont de 64 % du salaire brut.

Par exemple : 2 000 euros brut + 1 280 euros = 3 280 euros mensuels.

Donc 3 280 euros multipliés par 6 mois = 19 680 euros.

 

A ce montant viendront s’ajouter les coûts indirects

 

Entendez par là, le temps passé par le personnel RH de l’entreprise pour effectuer l’embauche.

Ou bien la dépense en sous-traitance pour un cabinet de recrutement externe.

Par exemple : le coût d’un recrutement coûte entre 20 et 25 % du salaire brut annuel… Ça vous donne un élément supplémentaire.

Ensuite, on forme la nouvelle recrue à son nouveau poste. Cela représente du temps dédié à cela, et donc une baisse de productivité d’au moins deux autres salariés.

Et puis, il y a l’équipement de travail à fournir au salarié (outils, tenues, téléphone, ordinateur…)

Il y a d’autres charges liées à la personne dans l’entreprise (chauffage, entretien, etc) qui ont également un coût.

Bien sûr, l’ensemble de ces coûts seront amortis entre 2 et 5 ans pour un salarié qui fait l’affaire de l’entreprise, mais au démarrage, ils sont directement impactés à la trésorerie de l’entreprise, et des sommes conséquentes sortent des caisses.

 

Alors, quelle est votre réponse ?

Allez-y… Donnez un chiffre…

Réponse : 65 000 €… Glumpf, saperlipopette… T’es sur ? !

Eh bien oui, ce chiffre incroyable a été calculé pour un salarié qui perçoit un salaire mensuel de 2 000 € euros et qui quitte l’entreprise après 6 mois.

Il comprend les dépenses liées à son embauche et à celles de son licenciement, à sa rémunération globale, les coûts de sa présence dans l’entreprise, le coût de la désorganisation, car il faut savoir que le travail insuffisant fournit par un salarié mal choisi est bien souvent compensé par les autres collaborateurs.   

 

Après cela, on a tout dit et on n’a rien dit, car, si se tromper de recrue lors d’un recrutement reste l’éternelle peur du recruteur, comprendre les raisons de cet échec est impératif.

 Elles peuvent être de plusieurs ordres :

  • La personnalité du candidat mal cernée et qui se révèle dans le temps
  • Une mauvaise définition du poste
  • Une non adaptation du candidat à la culture de l’entreprise
  • Un recrutement précipité
  • Un entretien de recrutement pas assez structuré

processus de recrutement

Vous les trouvez toujours autant paranos ces cabinets de recrutement qui vous sollicitent pour un troisième ou quatrième rendez-vous et des tests supplémentaires ?

Que vous soyez un employeur ou un salarié…

Petite ou grosse entreprise, les problématiques liées au recrutement sont identiques.

Avant de recruter un salarié, il convient de bien cerner le besoin de votre entreprise. De vérifier s’il est bien réel et si la compétence en interne n’y est pas déjà présente.

Par expérience, je peux vous dire que les salariés en poste ont souvent la compétence que vous cherchez, c’est juste une question d’organisation et de mobilisation de personnel.

Grâce à ce glissement d’un salarié vers un autre poste, vous vous rendrez compte que la définition du poste ne ciblait pas le véritable besoin de votre entreprise et vous serez amené à recruter pour un autre poste.

 

Avant de postuler, la future recrue quant à elle, se doit de décoder l’offre d’emploi. J’ose même dire de la décortiquer pour vérifier sa légitimité à postuler.

De plus, même si vous l’avez déjà lu à plusieurs reprises sur ce blog : mener une enquête de besoin avant de postuler vous assura de ne pas postuler pour rien.

Car postuler vous coûte cher à vous aussi, et je ne vous parle pas du coût du papier pour imprimer votre CV ou du timbre poste.

Je vous parle de l’incidence émotionnelle qu’une mauvaise expérience peut avoir sur vous. Cumuler les échecs peut véritablement détruire le (la) professionnel que vous êtes, alors prenez soin de votre personne.

De plus, mener l’enquête vous apportera une meilleure connaissance de votre futur lieu de vie professionnelle et vous permettra de vous visualiser dans le poste.

 

Vous le savez, la pensée est créatrice et peut vous permettre de réaliser tous vos rêves, à condition de formuler très clairement votre intention, alors, employeur ou salarié, soyez clairs dans votre démarche !

Voilà, j’espère vus avoir un peu éclairés sur le sujet du recrutement et de ses coûts financiers et humains et vous aider à vous projeter dans l’avenir avec plus d’atouts.

Comment recruter efficacement le bon personnel pour votre entreprise ?

  • Une véritable mission de conseil
  • Une méthode de recrutement ® éprouvée
  • Un réseau de partenaires franco-européens sérieux et impliqués

Recrutement complet, Sourcing...

  • Recrutement de masse (constitution d'équipe)
  • Recrutement ciblé
  • Sourcing (chasse)

suivez la flèche

Recruter

 

C’était l’article : « Le recrutement, combien ça coûte ? »

Gina mlmemploi.com

Gina Zeppieri - Consultante RH

Je vous souhaite beaucoup de réussite dans toutes vos entreprises.

Vous avez aimé l’article : « Le recrutement, combien ça coûte ? »

Lien vers CGU